large

Je réédite un texte que j'ai écrit en novembre. L'un des premiers de mon blog. Pourquoi ? Et bien, parce que je l'aime particulièrement mais il vient aussi appuyer une belle initiative. Poste Canada demande à la population de choisir le timbre qui représente le mieux la santé mentale. Vous comprendrez pourquoi j'ai choisi le "Casse-tête". Bravo à Poste Canada pour son initiative!!! Mes prochaines lettres expédiront autre choses que des chèques ou des factures!

J'ai besoin de faire un casse-tête! 1000 morceaux minimum. Étonnant non ? J'ai été moi-même surprise, il y a 3 ans, d'apprendre que j'aimais faire des casse-têtes. Pourtant,  je me la suis tellement cassée.  J'aurais pu allumer avant.

Je vivais de « up and down », d'anxiété et d'eau fraîche.  J'étais au cœur de la tempête, en pleine dérive. À bâbord : de l'exaltation, de l'excitation, des idées et des projets plein la tête. À tribord : de la tristesse, de la douleur... Dans le vent, une grande voile tissée de doutes, de catastrophes et de craintes.

Un jour, je devais sans doute être à bâbord, j'ai acheté un casse-tête. Une autre lubie. Dans le rayon «nouvelle passion subite et démesurée» j'y suis allée à fond la caisse. En quelques mois, je suis passée d'un projet à l'autre : bricolage, scrapbooking en passant par le thé vert et la bouffe anti-cancer. Que de découvertes.

À bâbord, tout est extraordinaire. Comment définir? Une épicurienne sur l'acide! Une intellectuelle rebelle! Une optimiste volubile!

Du jour au lendemain, votre cerveau vous propose un « extreme makeover »

Vos idées se bousculent, des grains de pop corn qui explosent. Ça déborde, vous devez absolument créer, écrire, parler. Vous êtes drôle! Vous vous trouvez pertinente, hilarante, intéressante.

Vous dépasser les bornes! Vous êtes parfois cinglante, intransigeante. Vous êtes tout ca, souvent en même temps.

Puis, du jour au lendemain, vous redevenez... vous. Et encore, votre cerveau peut décider sans aviser l'équipage, de passer à tribord avant d'enfin vous ramener sur la terre-ferme. Vous profitez alors d'une accalmie avant la prochaine grosse vague.

Le jour où j'ai ouvert ma première boîte de casse-tête, mon navire a cessé de tanguer.

Je me suis installée sur le bout de ma table de cuisine. J'ai isolé mes morceaux de contour. J'ai fait un tas avec les pièces rouges, un autre avec les morceaux de ciel bleu. Pendant que je m'exécutais, je ne pensais à rien. C'est faux, en fait, je cherchais à compléter mon oiseau jaune dans le coin à droite de mon image. «C'est comme un p'tit morceau avec un patte noire....» Ensuite, «le morceau de jupe rose de la petite fille qui tiens la main de sa poupée mauve...»

Bref, devant un casse-tête, mon cerveau navigue en eaux calmes. Une pause bien méritée en période d'instabilité. Même aujourd'hui, alors que mon navire est bien rafistolé, que les tempêtes sévissent très loin, au large et que j'ai les deux pieds «ancrés» sur la terre ferme.

J'allais oublier le plus important! Le plaisir est contagieux. Mon fils s'installe maintenant avec moi. Il cultive sa patience.

Pour voter, Merci!
http://www.deliverhope.ca/gallery-entry.php?id=323